l’Ecole Charles Baltet un petit Bout d’Histoire...

, par  Gérard , popularité : 13%

Depuis la rentrée de septembre 2010, nous avons installé une partie de nos ateliers dans des locaux de l’ancienne École Charles Baltet.

À l’angle du boulevard du 14 Juillet et de l’avenue Pierre-Brossolette, l’école Charles Baltet occupe un emplacement qu’elle partage un temps avec une halle pour la vente des vins et, durant toute son existence, avec un fourneau alimentaire pour nécessiteux.

Dès 1861, les effectifs de l’École Saint-Jean, sont tels que la municipalité troyenne envisage la construction d’une école près de la porte de Croncels, projet approuvé en 1868.

Une école de quartier

L’établissement doit permettre l’accueil de 280 enfants du Faubourg Croncels.
Les nouveaux bâtiments, qui coûtent plus de 50 000 francs, sont construits de 1869 à 1871.
Ils accueillent un entrepôt de vin et les quatre classes de l’école Saint-Jean.
Celle-ci est dirigée par les Frères jusqu’en 1879, puis est laïcisée et devient l’école de la Halle-aux-Vins. En 1908, elle est baptisée du nom de Charles Baltet, célèbre horticulteur Troyen installé Faubourg Croncels, bienfaiteur des écoles, conseiller municipal et général. En 1879, le conseiller municipal Stanislas Baltet obtient la laïcisation des écoles.

Les maîtres laïques, établissent la réputation de l’école par leur savoir, leur valeur morale et la réussite de leurs élèves. À partir de 1909, un cours complémentaire- bientôt reconnu par la ville - est adjoint à l’école. Il permet aux enfants des classes populaires d’accéder à l’enseignement secondaire. Deux directeurs imposent leur empreinte à l’établissement.
Pierre Honnet (1879 à 1903,) et Aimé Jouvenet qui exerce son magistère de 1930 à 1945.

Une école à l’étroit

En 1882, l’entrepôt de vin disparaît, un logement pour le directeur et une cinquième classe sont établis pour les 260 élèves. En 1904, une sixième classe est créée dans le logement d’un adjoint au premier étage. En 1906, l’école compte 360 élèves répartis en sept classes.

En 1907, trois nouvelles classes en rez-de-chaussée et six appartements en étages pour le directeur et les instituteurs sont aménagés.
En 1937, l’école est fréquentée par 281 élèves de primaire et 122 élèves du secondaire pour lesquels la place manque. À la fin des années 1930, on compte sur les ouvertures prévues de l’école Paul Bert et du cours complémentaire de Sainte-Savine pour désengorger l’école Baltet.

La cour de récréation est agrandie et dotée d’un préau dès 1879, doublé en 1886. En 1907, les radiateurs du chauffage central remplacent les poêles à charbon. En 1929, l’éclairage électrique – 64 lampes - se substitue à l’éclairage au gaz installé dès 1871. En 1930, des W-C à chasse d’eau, succèdent aux lieux d’aisances de 1911.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le cours complémentaire disparaît, les cours complémentaires troyens étant regroupés en un seul établissement (1945). L’école primaire se maintient jusqu’en 1986. Les bâtiments, qui abritent depuis des services municipaux et para municipaux, maintiennent le souvenir de l’essor de l’enseignement primaire à Troyes avant et après les lois Ferry des années 1880.

Sources : Bulletin de l’Amicale des Anciens Élèves (1935) et Jean-Louis Humbert (Press Troyes).
Photo "Fourneau alimentaire 1920" : L’Aube, supplément au n° du 22 mars 1924 de l’Illustration économique et financière. Collection Musée aubois d’histoire de l’éducation.

Navigation

AgendaTous les événements

décembre 2019 :

Rien pour ce mois

novembre 2019 | janvier 2020

Annonces

Brèves Toutes les brèves

  • Comme des "Pro"

    Notre nouvel atelier tissage s’étoffe avec l’acquisition d’un métier à tisser "pro".
    C’est grâce au (...)

  • un Nouvel atelier

    Début juillet, trois bénévoles de l’Outil en Main de Troyes étaient dans les locaux de l’Outil en (...)